Surdoués : contribuer au monde et éviter le syndrome du sauveur

par | mardi 25 juillet 2023 | équilibre, Expansion

Être surdoué se combine souvent au fait d’être doté d’une grande sensibilité et d’une forte empathie. Cette capacité à percevoir les besoins et les souffrances des autres peut naturellement conduire certains surdoués à vouloir aider, voire à résoudre les problèmes des personnes qui les entourent. En trouvant le bon équilibre, il est parfaitement possible de contribuer pleinement au monde tout en s’épanouissant dans son propre cheminement. Alors, comment réussir à partager sa vision unique du monde sans se sacrifier ou se perdre dans le processus et éviter le syndrome du sauveur ? 

Au sommaire :

  • Comment reconnaître le point de bascule entre contribuer et sauver ?
  • Comment éviter de tomber dans le syndrome du sauveur ?

Comment reconnaître le point de bascule entre contribuer et sauver ?

La notion de responsabilité est au cœur de la distinction entre contribuer et sauver. Derrière le rôle de sauveur se cache en réalité le fait de priver les autres de la possibilité de développer leur propre autonomie et donc de prendre leurs responsabilités. En effet, la véritable croissance personnelle se produit lorsque l’on est pleinement responsable de ses choix et décisions.

Le syndrome du sauveur : qu’est-ce que c’est ?

Le syndrome du sauveur désigne un schéma dans lequel une personne prend la responsabilité de résoudre les problèmes des autres parfois au détriment de son propre bien-être. Il peut se manifester par un sentiment de devoir ou de responsabilité excessive, au point de s'oublier et de se sacrifier. 

Ce  syndrome peut conduire à une dépendance émotionnelle et à une diminution de l'estime de soi pour les deux parties. Identifier ce syndrome passe entre autres par le fait de reconnaître que chaque individu est responsable de sa propre vie et de ses choix et que notre rôle est de soutenir et d'accompagner, mais pas de porter « le fardeau » à leur place.

Que signifie réellement contribuer au monde 

 

Contribuer aux autres va bien au-delà de simplement intervenir et résoudre les problèmes des autres. Cela implique surtout d'apprendre et d'accompagner les personnes dans leur développement personnel, en respectant leur choix et leur autonomie pour transformer leur vie.

Lorsque nous contribuons aux autres de manière authentique, nous reconnaissons que chaque individu a son propre parcours et ses propres leçons à tirer.  De la même manière, contribuer signifie que nous sommes également ouverts à recevoir et à apprendre des personnes que nous aidons. Nous reconnaissons que chaque interaction est une occasion d'enrichissement mutuel.

Il s’agit finalement de favoriser l'émancipation de l'autre. Plutôt que de créer une dépendance, il devient plutôt question d’encourager les individus à devenir autonomes et acteurs de leur propre transformation. L’idée est qu’ils puissent identifier leurs propres solutions et développer eux-mêmes leur confiance en eux.

Surdoués : comment éviter de tomber dans le syndrome du sauveur ?

Même s’il s’agit d’un sujet souvent associé au HPI, tous les surdoués ne sont pas concernés par le syndrome du sauveur. De plus, il est tout à fait possible de s’en défaire. Voici quelques pistes pour y parvenir.

Se recentrer sur soi

Il est essentiel de se rappeler que notre propre bien-être est primordial. En se recentrant sur soi, nos propres besoins et limites deviennent  plus clairs. Il est alors plus facile de les respecter avant de nous engager dans l'aide aux autres. Cette démarche peut impliquer de :

  • Prendre du temps pour des activités nourrissantes, 
  • Écouter et comprendre ses émotions, 
  • Choisir un environnement apaisant et sécurisant,
  • Et de maintenir un bon équilibre entre engagement personnel et disponibilité pour les autres.

Communiquer ses besoins

Comme nous venons de le voir, poser des limites signifie identifier nos propres besoins. Or, les identifier ne suffit pas, il s’agit également de savoir les communiquer aux autres. En le faisant, nous nous préservons de l'épuisement et permettons aux autres de prendre leurs propres responsabilités. Apprendre à dire « non » lorsque cela est nécessaire et se sentir à l'aise pour définir des frontières protège notre énergie et notre équilibre.

Favoriser l’autonomie et l’autonomisation

L'un des aspects clés pour éviter le syndrome du sauveur est de favoriser l'autonomie des autres. Plutôt que de chercher à tout résoudre, il est possible d’encourager les personnes à trouver leurs propres solutions. Cela implique d'offrir un soutien, des conseils et des ressources, tout en respectant leur droit à choisir et à assumer leur propre chemin. 

Chaque surdoué a une contribution unique à apporter au monde. En revanche, il est nécessaire de se connaître suffisamment et d'accepter toute l'étendue de son potentiel pour apporter cette contribution au monde sans tomber dans le syndrome du sauveur.

Cela passe par le fait d’explorer ses forces et ses faiblesses, ses passions et ses valeurs, mais également d'embrasser sa sensibilité, sa complexité et sa singularité. Lorsque l'on comprend et accepte pleinement qui l'on est en tant que personne, on peut se libérer des attentes extérieures et des schémas limitants.

Le coaching peut jouer un rôle puissant dans ce processus. Il offre en effet un espace sécurisé pour révéler et déployer son potentiel. Grâce à des outils spécifiques aux hauts potentiels, il peut vous aider à contribuer au monde, en partageant votre vision, vos connaissances et votre sensibilité aux autres. Si cette démarche est la vôtre, contactez-moi juste ici pour en savoir plus.

Continuer la lecture...

Comment se créer une vie hybride ?

Comment se créer une vie hybride ?

La notion de vie hybride prend toute son importance dans une période comme aujourd’hui. À l’heure où le monde évolue à une vitesse grand V, la capacité à rester ancré et à savoir dans quelle direction aller est essentielle. On pourrait penser que la difficulté à...

Le mental : cet allié trop souvent décrié

Le mental : cet allié trop souvent décrié

Le mental est un instrument complexe qui est souvent mal compris et parfois à tort décrié. Pourtant, reconnaître son potentiel et apprendre à travailler en harmonie avec lui permet assurément d’atteindre le plein épanouissement. Ce travail peut sembler complexe et...

Inscrivez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter

Inscris-toi pour recevoir du contenu exclusif sur le haut potentiel

De belles choses arrivent à ceux qui s'inscrivent à notre newsletter 😊

Félicitations, tu es inscrit !